J'ai toujours privilégié le maximum de matériaux de récupération pour la construction de mon four à pain. Ainsi, pour la réalisation de la chapelle (voûte du four) et ma toiture j'ai opté pour l'utilisation de tuiles tige de botte.

Certaines d'entre elles sont même datées : 1849. C'est dire si les ouvriers qui ont réalisés ces tuiles n'ont plus mal aux dents.

Kesako la tuile tige de botte ?  On parle aussi de tuile canal ou de tuile creuse.

C'est sans doute le modèle de tuile la plus ancienne. Elle est de forme conique. Et d'après mes maigres connaissances elle serait moulée sur la jambe de l'ouvrier qui réalisait la tuile. Ce qui explique que chaque tuile est unique ou presque.

Elles ne peuvent se poser que sur des toits à faible pente, et  se caractérisent par leurs fonctions. On trouve ainsi des tuiles dites de "courant" et celles dites de "chapeau".

Leur pose est relativement simple :


courant_1

On pose une première tuile "courant"

courant_2

Puis une seconde

chapeau

Et enfin le chapeau.

Ceci explique que les toitures en tuiles canal sont relativement lourdes.

Au final, les toitures sont plutôt jolies.

eglise

Voici l'église de mon village avec sa toiture en tuiles creuses

dependance_1

Le toit d'une grange qui se trouve dans ma rue. La végétation commence à l'envahir...

ma_dependance

Et enfin, celui de ma propre dépendance

toit_gros_plan

Et en gros plan. On voit bien ici la couche de courants et celle de chapeaux. La plante qui pousse est une bignone.

Si j'ai choisi de couvrir mon four à pain avec ces tuiles, c'est pour 2 raisons :

* respecter l'aspect extérieur de ma maison.

* l'intégrer au paysage/village.

J'aurais pu choisir d'autres tuiles type mécaniques (nous avons chez nous les "jeandelaincourt"), mais ces tuiles tige de bottes étaient le premier modèle de tuiles utilisées lors de la construction de mon habitation. Il m'est donc apparu naturel de réaliser une toiture en tuiles creuses.